Bienvenue sur le site Kibanyiguinee.info => Pour Vos Annonces & publicités contactez nous au 664-41-12-19/622-20-95-90 ou envoyer un Email à samkibanyiguinee@gmail.com Merci

Rencontre autorités préfectorales et travailleurs: le rendez vous manqué de M'Bop Camara

le 13/05/2018 à 22h56

Boké, 12 mai 2018-la rencontre prévue entre les autorités préfectorales et l'ensemble des travailleurs du consortium SMB, UMS et Wap Minning en grève depuis une semaine suite à l'arrestation du Syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara n'a pas eu lieu. Le préfet Aboubacar M'bop Camara aura manqué à son propre rendez vous.

Dix heure était l'heure fixée pour cette ultime rencontre prévue à la maison des jeune de Boké.

La veille déjà un communiqué radiodiffusé est passé en boucle sur l'antenne régionale d'espace fm, invitant les travailleurs à répondre massivement à l'appel des autorités. Cet appel qui était attendu par les travailleurs fera son effet. Paradoxalement, les initiateurs de la dite rencontre, pour des raisons inavouées, n'ont pas daigné se pointer.           

A 30 mn de l'heure indiquée, un homme (fils du terroir), la cinquantaine d'année révolue improvise une semi-assemblée dans l'enceinte de la cour. Se faisant passer pour un ami de Fadi Wazni PDG de UMS et un émissaire du préfet, il invite les gens à se mobiliser en attendant l'arrivé de ce dernier. Il dira comprendre les travailleurs pour leur revendication. Il déclare que Mara a été "injustement" arrêté mais déconseille les travailleurs à ne pas aller en "affront" contre le chef de l'Etat qui aurait ordonné l'arrestation du syndicaliste pour des raisons d'Etat. Il promet d'œuvrer pour obtenir la libération de Mara. Mais appelle à la flexibilité des travailleur pour la reprise du travail sur les sites.

"Vous êtes tous à Boké aujourd'hui parce que ces entreprises sont là. Grâce aussi au peu qu'on gagne on parvient à nourrir nos familles. Faisons donc de sorte que ces entreprises ne ferment pas", plaide-t-il, tout en rappelant le cas Zogotta.

Poursuivant sa communication, plusieurs fois interrompue par des cris de désarrois, il demandera aux travailleurs de choisir deux porte paroles avant l'arrivé du préfet.                             

Des hourras s'élèvent dans le public, un homme, visiblement chauffeur de son état, la quarantaine révolue émerge du public et avance dans le cercle formé pour la circonstance. Trapu et robuste, portant des lunettes de soleil il déclare:"C'est au risque de mon emploi que je m'exprime ici mais peu importe. Cela fait bientôt 2 ans que je travaille, mais je n'ai pu épargner aucun centime à cause d'un salaire de misère que je perçois depuis des mois". Des cris de joie s'élèvent autour du cercle. L'homme venait de toucher le point nodal.

Encouragé par un valse d'applaudissement, il enfonce le clou: "tout le monde ici est prêt à reprendre le travail mais nous voulons voir d'abord Mara." Et de rassurer: "si Mara vient et qu'il nous dit de reprendre nous le ferons sans hésité parce qu'on a confiance en lui."

Le message semblait passer. Le public qui apprécie applaudissait frénétiquement.

Réfléchi, l'émissaire du préfet semble avoir comprit le message. Il trouve une excuse pour se retirer. "Je vais chercher monsieur le préfet. Attendez ici, je reviens tout de suite avec lui", dira-t-il en s'éloignant. L'homme au basin rouge ne réapparaitra plus encore moins le préfet.

Après plusieurs minutes d'attente, sans qu'aucune autorité ne se présente, la foule s'est dispersée.

Plus tard dans la journée des rumeurs font état d'une rencontre qui aurait eu lieu entre les autorités préfectorales et les syndicats du consortium. Rien n'aurait cependant filtré comme information.

Par ailleurs, des jeunes et femmes leaders de Boké ont animé un meeting à la place des martyrs, où ils ont prié les travailleurs à reprendre le travail.

Mais jusqu'au moment où nous affichions cet article le travail n'avait pas encore repris.

Nous y reviendrons.        

Samba Gueladjo Bah

[Retour] Partager

Copyright © 2012 Kibanyiguinee.com, droits de reproduction réservés | by 4days