Bienvenue sur le site Kibanyiguinee.info => Pour Vos Annonces & publicités contactez nous au 664-41-12-19/622-20-95-90 ou envoyer un Email à samkibanyiguinee@gmail.com Merci

Concours/Medias : AMIG décerne des prix à ses lauréats

le 14/12/2016 à 15h34

Conakry, le vendredi 9 décembre 2016. L'Association Médias Intégrité Guinée (AMIG) en collaboration avec le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement), a procédé à la remise des prix de la deuxième édition du concours dénommé "Prix du grand reporter sur l'eau et la santé en Guinée". Sur 21 concurrents, huit ont été primés.    

En Guinée, les médias font du mieux qu'ils peuvent pour lutter contre la corruption. Ils le font régulièrement en dénonçant la corruption et ses pratiques assimilées dans les journaux, à la radio, à la télé. Mais aussi à travers un concours organisé chaque année par l'AMIG, portant sur des secteurs prioritaires de développement. Les meilleurs productions journalistiques sont primées, à l'occasion d'une cérémonie organisée à cet effet.

Cette année, l'évènement a coïncidé à la Journée Internationale de la lutte contre la corruption. Il a été présidé par le président par intérim de la Haute Autorité de la Communication (HAC). Et connu la présence des représentants du partenaire technique et financier, des membres du jury et d'un parterre de journalistes.  

Vingt-et-un (21) journalistes issus de toutes catégories des médias ont soumis leurs dossiers de candidature à cette deuxième édition, contre 17 candidats à l'édition précédent. Après délibération du jury, il y a eu huit primés repartis en quatre grand prix et quatre prix d'encouragement.

Le premier prix télé a été raflé par Kadiatou Diallo de Gangan TV. Elle est secondée par Mariama Bailo Ly de "TATV". Pour la radio, c'est Kadiatou Bangoura de "Kania Zic fm" qui a décroché le sésame, suivie de Fanta Condé de la "fondation Hirondelle".  Quant à la presse écrite, c'est Alpha Camara du journal "Le standard" qui s'est adjugé du premier prix, suivi de Asmaou Barry du groupe de presse "Le Lynx-La Lance". Enfin pour la presse en ligne, les récipiendaires par ordre de mérite sont Elisa Camara de "kibanyiguinee.info" et de Sériane Théa de "kaloumpresse.com".

Lors de cette remise, le président de l'association a rappelé qu'en matière lutte contre la corruption,  "les médias jouent leur rôle en dépit des gros risques que cela comporte souvent pour le journaliste".  Néanmoins, pense Samory Keita, les médias ne devraient pas agir par désir ou par obsession de gagner seulement un prix, mais plutôt, il doivent le faire par intégrité, par devoir et par soucis de débarrasser notre société du phénomène de la  corruption.

En Guinée, rappelle-t-il, cinq cent milliards de francs guinéens 500 000 000 GNF) se volatilisent chaque année à travers les pots de vin (ANLC). Ce qui constitue un véritable désastre pour le développement d'un pays considéré comme l'un des plus pauvres du monde (selon l'IDH), indique-t-il. D'autant plus que, fait remarquer le président de l'AMIG, ces fonds atterrissent dans les poches de criminels, alors qu'ils devraient servir à financer des écoles, des centres hospitaliers, des routes etc.

Vu ce qui précède, le président de l'MIG, pense qu'il est inconcevable que la Guinée soit encore le seul pays de la sous région à ne pas disposer de la loi anti-corruption dont le projet moisit dans les tiroirs de l'Etat depuis maintenant 2 ans.

Au nom de l'institution, l'expert en gouvernance du PNUD, a félicité et encouragé l'AMIG pour son leadership qui l'a permis de mener ce projet à son terme en dépit des difficultés qui l’ont jalonné. Abdoul Latif Haïdara a mis l'évènement à profit pour fustiger la mauvaise gouvernance qui mine la Guinée et qui freine le processus de développement socioéconomique du pays. Selon lui, c'est l'un des facteurs qui conduisent la jeunesse guinéenne au désespoir et à l’immigration clandestine. Il a rappelé le récent témoigné choquant d’un Guinéen sur les ondes de la presse internationale faisant état de difficiles conditions de vie des immigrés clandestins subsahariens arrêtés en masse par les services de sécurité algériens.

Président la cérémonie, le président par intérim de la HAC s’est réjoui d'assister pour la première fois, à un tel évènement. Pour lui, un concours qui met à l'épreuve différents candidats est mieux qu'un séminaire de formation. Parce que, explique Ousmane Camara, le concours permet au journaliste de sortir de sa rédaction et de se comparer aux autres issus des autres rédactions. Pour le président par intérim de la HAC, un bon journaliste est le reporter qui va sur le terrain et non l’animateur ou le présentateur qui lit le travail des autres.

Sidafa Keita pour kibanyiguinee.info

      

[Retour] Partager

Copyright © 2012 Kibanyiguinee.com, droits de reproduction réservés | by 4days